Zoom sur les avantages à louer en meublé

Pourquoi louer en meublé

Est-il plus avantageux pour le bailleur de louer son appartement vide ou meublé ? Le propriétaire d’un bien immobilier acquis à titre d’investissement locatif se pose nécessairement la question. Rentabilité, fiscalité et contraintes locatives : pour mieux faire votre choix, découvrez sans tarder les inconvénients et les avantages à louer en meublé.

Location meublée : les obligations du bailleur

La loi Alur du 24 mars 2014 a renforcé les obligations à la charge du loueur en meublé. Le bailleur supporte notamment les contraintes suivantes :

  1. Le propriétaire doit équiper le bien locatif d’éléments de mobilier obligatoires – literie complète, électroménager, équipements pour cuisiner…
  2. Le bail doit être conclu sur le modèle d’un contrat-type de location.
  3. Le montant des loyers en « zones tendues » est soumis à l’encadrement applicable à la location nue.
  4. Le dépôt de garantie pour un logement meublé ne peut dépasser 2 mois de loyer.
  5. La durée du bail est de 1 an minimum – 9 mois et sans reconduction tacite dans le cadre de la location d’un appartement meublé à un étudiant.
  6. Le délai de préavis du locataire est de 1 mois – 3 mois pour le propriétaire.

Au-delà de ses obligations légales – comparables pour la plupart à celles du bailleur dans le cadre d’une location vide – l’investisseur qui décide de louer son appartement meublé subit des contraintes liées à la nature de son bien immobilier.

Locataires successifs et frais d’entretien du logement meublé

En pratique, le logement meublé est particulièrement prisé des étudiants. En tout état de cause, la plupart des locataires louent en meublé à titre de location temporaire. Pour cette raison, le bailleur se trouve confronté à plusieurs inconvénients :

  • Il doit faire face à des contraintes de gestion due aux changements fréquents d’occupants : recherche de nouveaux preneurs, établissement de contrats de bail, états des lieux à répétition… Cette contrainte implique une organisation stricte du propriétaire.
  • Autre inconvénient conséquent à la rotation régulière des locataires : les logements meublés affichent un taux de vacance parfois important. La période de transition entre 2 baux peut en effet s’avérer longue – un manque à gagner qui fait diminuer le rendement de la location en meublé.
  • Le renouvellement fréquent des locataires détériore davantage le logement. En tout état de cause, le locataire ne prend pas à sa charge les travaux de rafraîchissement et de réparation. Ainsi, le bailleur supporte des charges d’entretien supérieures à la location nue.

Malgré ces contraintes, la location meublée demeure très prisée des investisseurs, pour les gains qu’elle procure en termes de rentabilité et de fiscalité.

Louer en meublé offre une meilleure rentabilité

Le logement meublé est plus rentable que le logement vide. Le propriétaire y fournit des équipements, un service qui est rémunéré par une augmentation substantielle du loyer.

Bon à savoir : à biens immobiliers équivalents, le logement meublé se loue de 10 à 20 % plus cher que le logement nu.

La location meublée bénéficie d’une fiscalité allégée

Le régime fiscal avantageux applicable aux revenus tirés de la location meublée est souvent le critère décisif.

À noter : en location meublée, les loyers sont imposables dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) alors qu’ils entrent dans celle des revenus fonciers en location vide.

Les propriétaires assujettis au statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) optent au choix pour :

  • Le régime forfaitaire ou régime « micro-BIC » : vous n’êtes imposé que sur la moitié de vos recettes locatives.
  • Le régime réel : vous avez la possibilité de déduire l’amortissement du bien ainsi que vos charges de vos revenus de loyers. Les charges incluent notamment les frais de travaux et les intérêts d’emprunt.

Attention : le régime réel s’impose si vous générez des recettes locatives annuelles supérieures à 32 900 €.